OPINION – Aimons Luka Modric tant qu’il est encore temps

12

Le Ballon d’Or, crépuscule de nombreuses idoles et triomphe de l’individu dans un sport d’équipe, sacre un roi légitime et méritant avec Luka Modric.

Le rideau tombe enfin sur une année riche en émotions, en rebondissements divers, en fortunes variées et en infortunes retorses et cruelles. Luka Modric a connu un peu de tout ça. Monter au sommet de l’Europe, descendre du toit du monde pour finir par conquérir Paris. Face à l’hégémonie d’un football rendu hémiplégique par la domination bipolaire et quasi-exclusive de Ronaldo et Messi. Modric a mené une révolution de (Grand) palais.

La glorieuse incertitude du s(p)ort 

Modric a gagné face aux Über-joueurs, ruine des pronostiqueurs, contusions du rêve, qui ne laissent que des érythèmes de certitude là où devrait résider l’imprévisible. Modric est un joueur normal, aux caractéristiques normales, au physique en dessous de la normale. Pas un bourreau de travail à l’hygiène de vie et au capital génétique parfaits, ni un virtuose dont le talent confine au génie absolu. Modric n’est pas un avatar d’une perfection consumériste lisse. Il n’incarne pas la vertu footballistique actuelle, ou alors, accidentellement. Modric est l’avatar vengeur des Totti, Raul ou autre Maldini. La personnification d’un football de l’ombre qui reçoit efin sa part de lumière. Toutes ces grandes carrièrres éclairées au néant, Modric les a vengées. 

Ballon d’Or 2018 – Un bilan amer pour les Français

L’article continue ci-dessous

À l’ère des footballeurs-hommes-sandwichs qui se dandinent lors des soirées de lancement EA Sport en tenant des pancartes affichant leurs notes dans le dernier FIFA, à l’heure où les joueurs n’incarnent plus rien à part leur propre rôle sur le terrain comme des personnages de jeu-vidéo se pliant aux lois d’une réalité de plus en plus proche de la fiction, où la VAR hache le jeu et génère la friction, Modric se contente d’être Link dans Zelda. Ce personnage qui ne paye de mine et qui sauve le monde en ne disant pas un mot, tellement insignifiant qu’on confond son nom avec celui de la princesse qu’il s’évertue à sauver. Un Prométhée moderne, un Frankenstein à l’envers. Un Ballon d’Or qui réhabiite le Ballon d’Or.

Modric est un anachronisme. Un bug dans la matrice. Une uchronie d’un football qui aurait pu être différent s’il avait bien tourné. Un joueur qui n’était pas programmé pour gagner, lui qui a grandi dans un hôtel pour réfugiés après avoir fui une zone de guerre et une maison familiale perchée à flanc de montagne. Dés pipés, cartes truquées, destin tracé à la roue de charette de berger et horizon bouché par les mines anti-personnelles disséminées par l’armée. Non. Modric n’était pas programmé pour gagner. Il n’est pas fils de footballeur, il ne vient pas d’un pays où le ballon est sacralisé. Le pays de Modric a eu beaucoup de mal à exister. Un miracle. Un combat. Une conception maculée. De sang. Avant le maillot immaculé du plus grand club du monde. Avant de devenir le meilleur joueur du monde. Un destin en rouge et blanc, pour un drapeau à damier, symbole d’une course perdue d’avance, mais tout de même finalement remportée. 

Luka Modric ne remporta plus de Ballon d’Or. Aucun Modric ne remportera plus jamais le Ballon d’Or. Dans une ère où les places fortes européennes ânonnent leur plan de jeu parfait comme des récitants de première communion, où la sacro-sainte performance est psalmodiée, exaltée, glorifiée, Modric est ce coup de pied au culte, ce geste technique du destin. Une passe, forcément aveugle. Une passe d’armes, un passage de témoins et déjà, un clin d’oeil du passé. À l’heure où les différences géographiques oblitérées, les caractéristiques physiques minimisées, les joueurs de plus en plus formatés en termes de morphologie et de capacités uniformisent et standardisent la manière de jouer, Modric perd face à n’importe quel Mbappé. D’ici là et tant qu’il en est encore temps, ne nous interdisons pas de l’aimer.  

Source Article : Lire l’article complet

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More